Découverte de l’Isle-sur-la-Sorgue

L’Isle-sur-la-Sorgue est une belle petite commune entourée d’eau qui se situe dans le Vaucluse. Elle est parcourue par de nombreux canaux, dans lesquels se trouvent des roues à aubes (= en bois), qui témoignent du passé industriel de la ville.

L’Histoire de la commune :

Un canal de l’Isle-sur-la-Sorgue

 

L’Isle-sur-la-Sorgue est une commune qui prends ses origines entre les XIe et XIIe siècles, par la construction sur la Sorgue (rivière) d’une ville fortifiée avec de nombreux canaux, que les document nomment: “Insula”, nom qui signifie Île, dénomination qui est encore présente dans l’actuel nom de la commune avec le terme “Isle”.

Aux XIIe et XIIe siècle, la ville est équipée de nombreux moulins qui servent à battre les draps de laine pour les dégraisser et les assouplir, une partie de la production est ensuite expédiée par le port de Marseille.

L’Isle-sur-la-Sorgue faisait partie du Comtat Venaissin  (= un État sous autorité du Pape) entre les XIIIe et XVIIIe siècle. Territoire qui correspondait géographiquement en grande partie à l’actuel département du Vaucluse.

Une importante communauté juive vivait également dans cette commune  sous “protection” du pape depuis le XIIIe siècle et pouvait librement exercer son culte, tout en évitant leur expulsion comme cela arrivait parfois en Angleterre ou dans le Royaume de France. La communauté juive de cet État pontifical à vécu en relative liberté du XII au XVe siècle. Des mesures plus restrictives arriveront au XVIe siècle qui obligeront les juifs à vivre dans le même quartier.

Après la Révolution, le Comtat Venaissin est supprimé et le , l’Isle-sur-la-Sorgue fera partie du département du Vaucluse. Les habitant de l’Isle-sur-la-Sorgue ont cependant des idées divergentes du pouvoir en place car ils s’opposent à la centralisation du pouvoir, en préférant le fédéralisme. Le 23 juillet 1793, la ville est pillée et incendiée par les armées républicaines de la Convention, la synagogue est en partie détruite, les autres établissements religieux seront vendus en tant que biens nationaux et transformés.

Au XIXe siècle, une partie des lieux de cultes sont rétablis et la ville s’industrialise avec la mise en place d’un grand nombre de moulins dans les canaux. La ville se spécialisera notamment dans la production de tapis.

Que voir à l’Isle-sur-la-Sorgue ?

– Les canaux :

La ville conserve encore aujourd’hui sa multitude de canaux construits au Moyen Âge, autour desquels il est possible de flâner des les allées bordées de commerces et de restaurants.

Croisement de deux canaux

 

– Le château Giraud :

Il s’agit d’une ancienne demeure bourgeoise construite en 1885 se situant dans un parc au bord des canaux. Il s’agit d’un lieu particulièrement agréable l’été pour profitez un peu de fraicheur sous l’ombre des arbres.

Le château Giraud

 

– Les négo-chins :

Les négos-chins sont des barques à fond plat, typiques du Sud-Est qui servaient autrefois pour la pêche et la chasse. Aujourd’hui les négo-chins ont plutôt un intérêt touristique.

Deux négo-chins sont visibles sur cette photo

 

– Les roues à aubes :

L’énergie hydraulique est utilisée à l’Isle-sur-la-Sorgue depuis le XIe siècle. Aux XIIe et XIIIe siècle des moulins à foulons étaient présents dans les canaux pour la confection de draps de laine.

Entre le XVIIe siècle et le XIXe siècle, de nombreuses roues à aubes sont apparues dans les canaux de la ville. Ces roues servirons pour la fabrication de tapis de laine, pour les papeteries, les menuiseries, la métallurgie et pour moudre la farine.

Une roue à aubes

 

Avec l’arrivée de l’énergie électrique et du pétrole, les roues seront abandonnées et une grande partie sera démontée.

Roue à aubes aux grandes dimensions

 

Plusieurs roues seront tout de même conservées et rénovées pour l’intérêt patrimonial et touristique qu’elles représentent.

 

Vous pouvez voir ci-dessous une comparaison de deux photos avec le même point de vue, la première photo montre la rue des Roues en 1900 avec ses nombreuses roues; et sur la seconde photo la même rue aujourd’hui, où il ne reste que deux roues.

La rue des roues en 1900
La même rue aujourd’hui, il est possible de reconnaitre la même fenêtre en bas à gauche

 

– La collégiale Notre-Dame-des-Anges :

Construite pour la première fois au XIIIe siècle, elle fut reconstruite entre le XVe et le XVIIe siècle. Elle adopte une architecture au style plutôt baroque.

La façade de la collégiale Notre-Dame-des-Anges

 

L’intérieur dispose d’un somptueux décor avec de nombreuses peintures et un retable doré dans le chœur.

L’intérieur de la collégiale

 

Le mur arrière de la collégiale est quand à lui constellé de statues dorées d’anges.

Mur avec statues d’anges dorées à l’arrière de l’église

 

Conclusion :

L’Isle-sur-la-Sorgue est une belle commune où il est agréable de se promener entre les canaux, commune qui dispose également d’un beau patrimoine à découvrir.

 

Accès :

La ville est équipée d’une gare en centre-ville avec des services réguliers depuis Marseille ou Avignon. Vous pouvez donc vous rendre facilement à l’Isle-sur-la-Sorgue, tout en évitant d’utiliser des transport plus polluants !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.