Le château de Tarascon

Tarascon, ses légendes et son château

Tarascon est une commune située dans le Sud de la France, au bord du Rhône, qui est connue pour son imposant château datant du XVe siècle. 

Aux origines de la commune de Tarascon, entre légendes et faits historiques :

Nous sommes aux alentours de l’an 50 ap J.-C, une terrible bête nommée la Tarasque, qui possède une apparence mi-dragon, mi-bœuf et mi-poisson, se cache dans les forêts sombres autour du Rhône et dévore régulièrement les passager des bateaux qui s’aventurent sur le fleuve.

Une représentation moderne de la Tarasque avec une carapace; Cette statue se situe à côté du château de Tarascon

 

Les habitants de la régions n’arrivent pas à se débarrasser de la féroce bête, malgré tout les moyens qu’ils mettent en œuvre. Cependant, ils ont entendu parler d’une femme dénommée Marthe, arrivée récemment dans la région et qui est capable de faire des miracles. Ils font alors appel à elle pour chasser le dragon.

Marthe accepte et se rend dans la forêt. Elle y trouve la bête et la paralyse à l’aide d’une croix et d’eau bénite, ce qui rend le dragon docile. Puis, elle lui attache sa ceinture autour du cou et le ramène avec elle, dans le village voisin, appelé Nerluc. Les habitants de ce village tuent alors le dragon, qu’ils avaient auparavant nommé la Tarasque. C’est ainsi que le village de Nerluc sera renommé Tarascon, en l’hommage de la victoire de Marthe et des habitants du village contre la bête.

Mais qui est donc cette mystérieuse Marthe qui est venue en aide aux habitants et dont son tombeau est encore aujourd’hui présent dans la crypte de l’église de la ville ?

Tombeau de Marthe dans la crypte, il sert d’autel pour dire la messe
Publicité :

________________________

 

 

Marthe est un personnage biblique du Nouveau Testament qui offrit l’hospitalité à Jésus dans sa maison. Elle a pour frère Lazare et pour sœur Marie de Béthanie.

La tradition nous dit que, quelques années après le crucifixion de Jésus, Marthe fut mise de force dans une barque avec d’autres chrétiens, dont notamment son frère Lazare et sa sœur Marie, par des « infidèles » qui voulait les voir disparaitre. Marthe et ses compagnons seront alors poussés à la mer, dans cette barque, sans rames, abandonnés à eux mêmes.

Ensuite, après des jours d’errance dans la mer, la barque se trouva attirée par les courants présent dans le delta du Rhône et finira par s’échouer en Provence, dans le village de Saintes-Maries-de-la-mer. Village qui s’appelait jusqu’au XIIe siècle: Sainte-Marie-de-la-barque, en hommage à cet événement. La première référence historique de cette appellation du village se trouve dans le testament de Césaire d’Arles, établi en 542 avec la mention : « Sancta Maria de Ratis » (ref : gallia christiana novissima d’arles, col.57), « ratis » pouvant se traduire radeau ou barque.

Marthe, Marie et Lazare arrivants en Provence

 

Après cet arrivée en barque, la tradition nous dit que Lazare sera établi premier évêque de Marseille, Marie ira installer à Aix-en-Provence et Marthe à Tarascon.

 

Note : Ces histoires sont issues de la tradition orale et ont été compilées dans la Légende dorée de Jacques de Voragine, un livre écrit au XIIIe siècle.

Cependant d’autres éléments sont antérieurs à la publication de ce livre, comme par exemple « le tombeau de Marthe » présent de la crypte de l’église de Tarascon, dont la datation est estimée au IVe siècle. Sur ce ce tombeau il y a des personnages sculptés, montrant la scène biblique de Lazare qui vient d’être ressuscité. L’on peut aussi voir sur ce tombeau Marie de Béthanie aux pieds de Jésus.

Le corps présent dans ce tombeau fut sorti le 10 aout 1458 sur demande du roi René, pour le placer dans une chasse dorée, avant qu’il ne soit divisé en plusieurs reliques dont certaines sont encore présentes dans l’église.

Lors de travaux effectués en 1979 dans la crypte de l’église, un autre sarcophage, monolithe, a été trouvé ainsi que les traces d’une maison antique remontant au Ve siècle avant J.-C. Certains disent que cela aurait pu être la maison qu’aurait occupé Marthe avant d’y être enterrée. Maison qui aurait été un lieu de pèlerinage jusqu’à ce que l’église Sainte-Marthe soit construite au XIe siècle.

Le sarcophage trouvé en 1979 dans le sol de la crypte avec les restes d’une maison antique

 

 

Les fêtes de la Tarasque :

La ville de Tarascon, fière de cette histoire qui à forgé son identité, organise tout les ans en juin de grandes « fêtes de la Tarasque » qui durent quatre jours et sont inscrites au patrimoine mondial immatériel de l’UNESCO. Il s’agit de fêtes médiévales, qui intègrent un défilé avec une tarasque parcourant la ville et des processions dédiées à Sainte-Marthe. Les origines de cette fête remontent à 1469, date à laquelle elle fut créé par le Roi René d’Anjou.

 

Que voir à Tarascon ?

1. La collégiale royale Sainte-Marthe :

Trouvant ses origines au XIe siècle, la collégiale Sainte-Marthe fut reconstruite au XIVe siècle dans le style gothique. Cette église renferme dans sa crypte le tombeau de Sainte-Marthe datant du IVe siècle.

L’église Sainte-Marthe
L’accès à la crypte Sainte-Marthe

 

2. Le château de Tarascon :

Datant du XVe siècle, le château de Tarascon fut construit dans le style gothique par les Ducs d’Anjou. Il fait partie des châteaux les mieux conservés de France. N’hésitez pas à en faire la visite.

Le château de Tarascon

 

Dans l’enceinte du château, vous trouverez de belles cours intérieures.

Première cour intérieure
Seconde cour intérieure du château au style gothique
Couloir latéral de la cour

 

Il est également possible de découvrir les nombreuses pièces du châteaux, avec seul point négatif que toutes les pièces sont vides de mobilier.

Une des pièces du château

 

En haut du château, vous trouverez une grande terrasse, donnant vue sur le Rhône, ainsi que sur la ville de Tarascon.

Vue sur le Rhône depuis la terrasse
Vue sur la ville de Tarascon

 

3. Le centre-historique :

Le centre-historique de Tarascon conserve de nombreux monuments datant du Moyen Âge, comme par exemple la porte de la Condamine datant du XIVe siècle, qui appartenait aux anciens remparts de la ville.

Porte de la Condamine autrefois intégrée aux remparts de la ville

 

Vous trouverez également dans la vieille ville, de belles galeries en pierres, qui passent sous les habitations.

Galeries en pierres

 

4. L’hôtel de ville :

L’hôtel de ville de Tarascon dispose d’une impressionnante façade avec de nombreuses baies datant du XVIIe siècle.

La façade de l’Hôtel de ville (XVIIe siècle)

 

 

Conclusion :

Tarascon est une belle commune à découvrir autant pour son patrimoine, son histoire, que ses légendes. Le château est particulièrement impressionnant à découvrir.

 

Accès :

La commune dispose d’une gare avec des services réguliers depuis Avignon, Narbonne, Marseille, Montpellier, Nîmes ou Sète.

Publicité :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.