Découverte de Tullins

Tullins est une commune située en Isère qui dispose d’un fort intérêt historique, avec un patrimoine très intéressant.

Accès :

La commune de Tullins est rapidement accessible en train depuis Grenoble ou Valence, car la commune dispose d’une gare.

Que voir à Tullins ?

– La porte Saint-Quentin :

La porte Saint-Quentin se situe dans la centre-bourg de Tullins.

Pour rejoindre cette porte depuis la gare, diriger vous vers le village en suivant l’Avenue de la Gare jusqu’à trouver le passage sous le porche qui appartient à la porte Saint-Quentin. Porte qui faisait partie de l’enceinte de la ville, construite entre le XIIIe et le XIVe siècle.

La porte Saint-Quentin

 

– L’église Saint-Laurent-des-Près :

Après avoir vu la porte Saint-Quentin, dirigez-vous vers l’église Saint-Laurent-des-Près.

Les premières traces de cette église remontent au IXe siècle, elle a cependant ensuite été remaniée plusieurs fois au fil des siècles notamment au XVe siècle. L’église a toutefois conservé un exceptionnel clocher-porche datant du XIe siècle.

L’église Saint-Laurent-des-Près

 

Passage dans le porche permettant d’accéder à l’entrée principale de l’église

 

A l’intérieur, l’église comporte de beaux vitraux datant du XIXe siècle.

Exemple de vitraux dans l’église

 

– La rue de la halle :

En grimpant sur les hauteurs de la commune, vous pourrez découvrir la rue de la halle. Il s’agissait au Moyen Âge de la principale rue de Tullins, il subsiste encore aujourd’hui de nombreuses demeures aux origines médiévales, biens que celles-ci ont été transformées au XVIe et XVIIe siècles.

Il est encore possible de voir notamment une maison avec une large ouverture (aujourd’hui transformée en fenêtre) qui servait d’étale de commerce permettant d’acheter ses courses depuis la rue.

Ouverture transformée en fenêtre qui servait d’étale au rez-de-chaussée

 

D’autres maisons aux origines médiévales sont également visibles dans cette rue.

La rue de la halle

 

La rue comporte également de belles portes en bois datant du XVIIe siècle.

Belle porte en bois avec un encadrement en pierre comportant un linteau en accolade
Au style de porte en bois
Détail avec cœur forgé sur la porte

 

– Le séchoir à noix :

Au bout de la rue de la halle, montez par la rue Clemenceau, vous trouverez un séchoir à noix typique de la région, ce séchoir date du XIXe siècle.

Ce bâtiment permet par sa construction ouverte en étages de disposer les noix sur les planchers en bois des différents niveaux. Cela permet au vent de sécher les noix, tout en les protégeant de la pluie à l’aide du toit, évitant ainsi leur pourrissement.

Le séchoir à noix

 

– La chapelle du couvent Notre-Dame-des-Grâces :

Poursuivez votre chemin à l’Ouest du séchoir à noix, pour découvrir la chapelle du couvent Notre-Dame-des-Grâces. Construite en 1665, cette chapelle accolée à un couvent à connu la présence de deux communautés religieuses les Bernardines et les Ursulines.

La chapelle du couvent Notre-Dame-des-Grâces

 

– Le belvédère :

Pour accédez au belvédère prenez la Montée du château, passant à côté de la chapelle. Vous obtiendrez ainsi une belle vue sur le massif du Vercors.

Vue sur le massif du Vercors
Autre vue sur le massif du Vercors

 

– Le château féodal :

Poursuivez la Montée du château, qui vous mènera aux ruines de l’ancien château féodal. La tour et les murs de ce château datent du XVIe siècle. Les ouvertures et fenêtres sont quand à elles datées du XVe ou XVIe siècle.

Le château féodal

 

– La fontaine du Paradis :

Le château étant situé dans une impasse, revenez ensuite en arrière et dirigez vous à l’extrémité Ouest du village pour découvrir la fontaine du Paradis. Aménagée dans les années 1960, cette fontaine est surmontée d’un dauphin chimérique en fonte de fer. Ce dauphin est une récupération qui provient de l’ancien pont de la Porte de France situé à l’entrée de Grenoble construit par Gustave Eiffel en 1892 et détruit en 1956, ce pont été orné de multiples dauphins de fonte, dont certains ont trouvé un second usage, comme celui-ci.

La fontaine du Paradis
Le dauphin chimérique provenant du pont construit par Eiffel

 

– L’hôtel-Dieu :

Redescendez ensuite dans le village pour découvrir l’hôtel-Dieu. Construit en 1282, ce lieu servait à accueillir les malades et les pauvres de la commune, il fut reconstruit à deux reprises aux XIVe et XVe siècles et fut restauré dans les années 1960.

L’hôtel-Dieu
Autre vue de l’hôtel-Dieu

 

Vous pourrez voir sur le bâtiment situé à gauche la porte d’une chapelle. Chapelle qui à été réduite de moitié aux alentours de 1920 car elle menaçait de s’effondrer.

La porte de la chapelle

 

Cette chapelle fut également autrefois très célèbre car des miracles auraient eux lieux ici, à savoir des résurrections d’enfants morts-nés, comme en témoigne le panneau explicatif mis en place par la commune.

Le panneau explicatif

 

Vous pourrez ensuite voir sur l’hôtel-Dieu une passerelle reliant deux bâtiments, l’apparence de cette passerelle est trompeuse car bien qu’imitant le style médiéval, celle-ci à seulement été construite en 1960 !

La passerelle de l’hôtel-Dieu
Autre vue sur la passerelle

 

– La porte de Fures :

Passez ensuite sous la passerelle et poursuivez votre chemin tout droit, vous arriverez alors à la porte de Fures dont les vestiges datent du Xe et XIe siècle.

 

– Le Clos des Chartreux :

Poursuivez encore votre chemin, pour atteindre le Clos des Chartreux qui est un parc de 35 hectares, abritant une ancienne propriété ayant appartenu à l’ordre des Chartreux, lieu actuel de l’Hôtel de Ville.

Cette propriété fut construite au XIIIe siècle par les moines chartreux qui y sont restés jusqu’à la révolution (qui à entrainé leurs expulsions). En 1861, la propriété est achetée par Michel Perret,  un industriel lyonnais qui va transformer la demeure, en villa au style italien.

La villa du Clos des Chartreux
Vue sur le massif du Vercors depuis le parc du Clos des Chartreux

 

 

Conclusion :

Une très belle commune chargée d’histoire. Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur le site web de la commune qui propose un circuit du patrimoine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.